La laïcité aux Francas : un principe qui fonde la citoyenneté

Pour les Francas, la laïcité implique la liberté des appartenances et le respect de la diversité. Elle invite à comprendre l’autre, à prendre en compte les autres dans leurs singularités. Elle engage également au respect mutuel.
Il importe par ailleurs de faire confiance aux individus et à leur capacité à puiser dans leurs singularités les références communes et universelles qui unissent la communauté humaine. La laïcité n’est pas un principe abstrait, mais un mode d’organisation de la République. La laïcité, comme la démocratie, n’est donc pas un état de fait, mais bien une construction et une conquête universalistes permanentes qui doivent être rendues possibles par l’action éducative. En effet, en termes de fonctionnement démocratique, de citoyenneté, de vivre-ensemble et de participation des enfants, il ne s’agit pas d’enseigner des valeurs pour les faire comprendre et partager, mais bien de les faire vivre aux enfants et aux adolescents dans et par l’action éducative et la vie sociale. Ainsi, les Francas revendiquent d’inscrire l’action éducative locale et les enjeux éducatifs actuels dans une perspective partagée de société. Cette inscription est indispensable à la qualité même de l’action éducative.

 

Les Francas promeuvent pour cela :

Une action éducative qui transmette et fasse vivre les valeurs (liberté, égalité, fraternité) et les principes (indivisible, laïque et sociale) qui constituent le socle de la République ainsi que les valeurs d’humanisme, de paix et de solidarité qui contribuent tout autant à la construction du vivre-ensemble.
Une action éducative qui permette à l’individu de se développer avec et par les autres et qui s’enrichisse de la dimension inter sociale, interculturelle et intergénérationnelle.
Une action éducative qui permette aux enfants de comprendre, de se situer et d’agir du plus local au plus global et de se construire ainsi une citoyenneté réflexive et consciente par l’acquisition de connaissances, d’habiletés, de compétences et le développement de leurs sensibilités, de leur créativité et de leur imaginaire.

Développer une éducation relative à laïcité

Cette éducation relative à la laïcité doit permettre aux enfants et aux adolescents de s’ouvrir à la complexité du monde (du plus local au plus global) par le développement d’éducations relatives à la démocratie, à l’économie, à la solidarité et au développement partagé, à l’altérité, à l’environnement… comme autant de facettes concourant à la construction de leur citoyenneté. Une éducation relative à la laïcité doit prendre en compte :
Les visées éducatives : situer sa propre culture par rapport à celle des autres, connaître et comprendre les autres cultures, les respecter, pouvoir prendre parti quant à leur pertinence, prendre conscience des a priori qui ressortent pour partie des impensés de sa propre culture et qui constituent des obstacles à la compréhension de l’autre.
Les enfants et les adolescents dans l’école, l’établissement, l’espace éducatif : leur identité et la diversité de ces identités, leurs droits (de protection, de prestation et de participation), et leurs opinions.
La place des enfants dans l’élaboration du projet de l’espace éducatif et du projet éducatif territorial : son organisation, son fonctionnement, ses règles de vie, son règlement intérieur, ses activités, ses espaces de participation…
L’articulation à faire entre la personne et le citoyen.

Cinq registres de pratiques éducatives :

L’éducation aux conditions humaines, ici et ailleurs : pourquoi sommes-nous tous différents ? Qu’est-ce que la pauvreté, les inégalités sociales ? Quelles sont leurs origines ? Qu’est-ce que le handicap ? Comment agir contre les inégalités, les discriminations, le racisme, la xénophobie ? En quoi, au-delà de nos différences, sommes-nous égaux et parents en humanité ?
L’éducation aux droits et au droit : quels sont mes droits, nos droits ? Comment puis-je les exercer, les promouvoir ? En quoi comportent-ils des devoirs, individuels et collectifs ? Comment se construisent-ils ?
L’éducation aux faits religieux : qu’appelle-t-on une religion ? Quelles sont les religions à travers le monde ? Sur quelles pratiques culturelles s’appuient-elles ? Quelles influences ont-elles eu sur les cultures humaines ou les territoires ? Qu’appelle-t-on athéisme, intégrisme, fondamentalisme, orthodoxie ou traditionalisme religieux ?
L’éducation à l’interculturel : qu’est-ce que la culture, les cultures, savantes, populaires, légitimes ? Par quoi sont-elles influencées ? Comment se construisent-elles ? Comment agir pour faire se rencontrer des individus, des groupes de cultures différentes ?
L’éducation aux sciences et aux technologies : qu’est-ce que la connaissance ? Comment se construit-elle ? Comment est-elle légitimée ? Quelle information sur le monde nous permet-elle d’avoir ? Par quoi et comment peut-elle être (re)questionnée ?

Faire vivre la laïcité dans les espaces éducatifs

Les espaces éducatifs doivent être pour tous des espaces de justice et d’équité, favorisant ainsi une période de construction personnelle et collective sereine. Il s’agit de développer tous les espaces et toutes les situations qui peuvent favoriser l’expression et la participation des enfants et des adolescents, donner à vivre la conflictualité si besoin et apprendre à la gérer pour favoriser le vivre-ensemble. Une animation plus collective et participative des foyers socio-éducatifs et des comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté, associant les enfants et les adolescents, peut constituer une réponse pertinente, de même que la mise en place de conseils d’enfants dans chaque école. Le développement de conseils d’enfants et d’adolescents dans chaque centre de loisirs éducatifs ou d’associations temporaires d’enfants citoyens (ATEC) est à même de servir cette dynamique.

L’application des principes de laïcité dans les structures est parfois difficile. Directeurs comme animateurs ne savent pas toujours ce qu’ils doivent, ce qu’ils peuvent, ou ce qu’ils ne doivent pas faire quand ils se retrouvent face au fait religieux par exemple. Pour les aider dans l’exercice de leurs fonctions, l’Observatoire National de la Laïcité propose un guide intitulé « Laïcité et gestion du fait religieux dans les structures socio-éducatives ». Les professionnels de l’action socio-éducative y trouveront des informations quant aux normes juridico-légales s’appliquant lors du recrutement du personnel, des conseils à propos de la neutralité qu’ils se doivent d’entretenir pendant l’exercice de leurs fonctions, tant dans le public que dans le privé. Ils y trouveront également les règles d’application des principes de laïcité dans l’organisation des structures et les règles que se doivent de respecter les usagers quels qu’ils soient.

Il est aussi possible de questionner le rôle des responsables. Quels sont les objectifs pour eux dans les espaces éducatifs ? On se questionne notamment sur leur capacité à écouter, à prendre en compte la différence, à animer des temps de dialogue entre les enfants, à se positionner sur des situations concrètes qui questionnent le caractère laïque d’un espace éducatif. C’est notamment sur cette posture que les acteurs éducatifs des PEdT auront à s’interroger, à partager, afin d’installer au plus près des territoires de vie des enfants et des adolescents, dans chaque espace éducatif, des attitudes éducatives cohérentes. Loin d’être un agent éducatif neutre, l’acteur d’un projet éducatif, doit en maîtriser le sens pour développer une posture et proposer des situations et démarches pédagogiques adaptées. Il mobilisera notamment des pratiques coopératives, des démarches favorisant les apprentissages entre pairs, la réciprocité, mettant en valeur la diversité au sein des collectifs. Il proposera une multiplicité d’espaces d’apprentissage et de construction de projets favorisant l’expression, l’écoute, l’action.

Source : Francas Pays de la Loire